Retraite : vers des pensions de réversion "plus justes et efficaces", selon le ministre de l'Economie

Paris, 27 juin 2018

Bruno Le Maire s'est exprimé dimanche 24 juin sur la réforme des pensions de réversion, un dispositif qui concerne près de 4,4 millions de Français. Le ministre de l'Economie et des Finances s'est voulu rassurant, tout en précisant qu'il fallait réformer le système actuel pour le rendre "plus juste" et plus "efficace".

Bruno Le Maire, ministre de l'Economie et des Finances, a précisé dimanche 24 juin les intentions du gouvernement concernant les pensions de réversion. Interrogé dans le Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI, le ministre a déclaré qu'il était "très attaché à ce dispositif, tout en soulignant que ce dernier devait être revu dans un souci de justice sociale et d'efficacité.

L'idée du gouvernement est de mettre en place "des pensions plus justes, qui aillent aux personnes qui en ont réellement le plus besoin" et que ces pensions "soient efficaces".

Réformer en rassurant

"Quand vous êtes veuve, la vie est objectivement plus difficile. Ce qui me choquerait, c'est que les veuves n'aient pas les moyens de vivre dignement dans notre pays", a martelé Bruno Le Maire. Le ministre estime que ce constat n'interdit pas "de revisiter le dispositif pour être plus efficace et plus juste" et qu'on pourrait imaginer "des pensions qui vont à ceux qui ont les niveaux de retraite les plus faibles".

Il s'est voulu rassurant et a précisé que le gouvernement ne s'attaquerait en aucun cas aux pensions de réversion déjà versées. Toutefois, il ne s'est pas prononcé sur la question d'un éventuel plafonnement des futures pensions, renvoyant à Agnès Buzyn et aux discussions en cours sur la réforme des retraites.

Du nouveau côté épargne retraite

Dans le cadre de la loi Pacte qui concerne l'épargne retraite, le ministre a expliqué avoir ajouté "une obligation de proposition de réversion pour l'épargne retraite".

Ainsi, tout salarié titulaire d'un tel dispositif se verra obligatoirement proposer une option de réversion. "Cela n'existait pas auparavant, cela existera quand la loi Pacte sera adoptée", a relevé Bruno Le Maire, estimant que cela permettra aux futurs veufs ou veuves de bénéficier à la fois d'une meilleure retraite et d'une part de retraite de leur conjoint. 

"Harmoniser" le système

La porte-parole des députés LREM, Aurore Bergé, a défendu la position du gouvernement dans un entretien à France 3 en assurant que cette réforme serait bénéfique pour certains Français. 

"Quand vous remettez à plat un système, comme sur les aides sociales où vous dites qu'on va rechercher de l'efficacité parce qu'aujourd'hui en fonction des statuts, de l'âge, du sexe, vous ne touchez pas forcément la même chose, vous avez aussi des gens qui vont pouvoir y gagner", estime la députée des Yvelines.

De son côté, la ministre de la Santé et des Solidarités, Agnès Buzyn, a assuré qu'il n'était "pas du tout" question de supprimer ces pensions mais de définir un système qui les "harmoniserait" et gommerait les "injustices", précise le JDD. Aujourd'hui, près de 4,4 millions de Français, dont 90% de femmes, touchent une pension de réversion.

Experts

Contact Presse

Fichiers attachés

Sujet liés