Réchauffement climatique : il faut un "plan national" pour l'eau selon un rapport parlementaire

2 juillet 2018

À l'heure du réchauffement climatique, une mission parlementaire réclame la mise en place d'un grand plan national pour protéger nos ressources en eau. Nouvelles règles d'urbanisme, incitations fiscales, bonnes pratiques en matière agricole... Au total, le rapport préconise une cinquantaine de mesures.

Face aux enjeux du réchauffement climatique, la France a besoin d'un grand plan national pour protéger la ressource en eau, conclut un rapport d'information parlementaire présenté mercredi 27 juin. Publié après huit mois de travaux, ce rapport se préoccupe du maintien de la quantité mais aussi de la qualité de la ressource, tout cela à un prix compétitif pour le consommateur.

"Un devoir vis-à-vis des générations futures"

"Se préparer aux conséquences du réchauffement climatique constitue une ardente obligation et un devoir vis-à-vis des générations futures", estime dans ses conclusions le député du Vaucluse Adrien Morenas (LREM), co-rapporteur avec le député LFI de la Gironde Loïc Prud'homme.

Selon le député, notre pays ne risque pas de pénurie d'eau à l'échelle globale. Mais il souligne cependant que certains bassins français "connaîtront des étés marqués par des pénuries de plus en plus aiguës". Pour faire face, la France devra dégager "une vision de long terme partagée" et sanctuariser les ressources financières allouées aux investissements hydrologiques.

Un "plan national" pour économiser l'eau

Le rapport propose une cinquantaine de mesures. Il recommande notamment l'adoption de nouvelles règles d'urbanisme (contre l'artificialisation des sols et pour la récupération des eaux), la mise en place d'un plan national d'économies d'eau prévoyant des incitations fiscales, par exemple pour les dispositifs de récupération d'eau de pluie, ou encore la création de retenues pour soutenir les étiages en été.

Un "plan national de préparation au changement climatique" fixant les besoins d'aménagement des cours d'eau doit être élaboré "dans une optique environnementale", souligne le rapport, et ce afin de "garantir l'alimentation en eau potable et la biodiversité des cours d'eau".

Des mesures à l'échelle européenne

Le rapport préconise aussi des mesures d'envergure européenne, comme la lutte contre les pollutions diffuses. Il propose d'intégrer des règles de bonnes pratiques agricoles dans le calcul des subventions de la PAC, ou encore d'autoriser les États à refuser l'importation de fruits et légumes traités avec des produits phytosanitaires interdits sur leur propre territoire.

Les auteurs du rapport conseillent aussi d'accroître les crédits de la recherche sur l'eau et l'assainissement et de renforcer la présence sur le terrain d'agents de la police de l'eau. Adrien Morenas défendra ces suggestions le 10 juillet devant le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, précise Localtis. Une proposition de loi sera ensuite déposée en octobre prochain.

Experts

Contact Presse

Sujet liés