RDV retraite : Arrêt maladie et droits à la retraite

Paris, France, 24 novembre 2017

A l'occasion des "Rendez-vous de la retraite 2017", l'Agirc-Arrco et Humanis décryptent des exemples de parcours de vie et leur conséquence sur la retraite.

En tant que salarié du privé et quel que soit le motif de l’arrêt de travail (maladie, accident du travail, maladie professionnelle, invalidité…), des points de retraite Agirc-Arrco sont attribués ou non.

Une analyse de Olivier Steffgenn, directeur de la retraite des particuliers du groupe Humanis.

Un salarié peut connaître des interruptions temporaires de travail au cours de sa carrière professionnelle. Un arrêt de travail de quelques jours, voire de plusieurs mois mais pendant lequel un employeur maintient le salaire, n'a aucune incidence en terme de retraite. En revanche les périodes de longue maladie font l'objet d'un traitement particulier.

Les arrêts maladie de courte durée n'ont pas de conséquence sur le calcul des droits à la retraite

En cas d'arrêt maladie, la retraite complémentaire compense les interruptions de travail en attribuant des points retraite sans versement de cotisation. Pour cela, il faut remplir plusieurs conditions comme être affilié à une caisse de retraite complémentaire au moment de l'arrêt du travail, avoir une incapacité de travail d'une durée au moins égale à 60 jours consécutifs et enfin, bénéficier d'indemnités journalières ou de pension d'invalidité auprès de la Sécurité sociale.

Les points retraite sont attribués sans limite dans le temps. Leur attribution cesse lorsque les conditions sont remplies pour bénéficier de la retraite sans minoration.Dans le cas d'un arrêt maladie à cause d'un accident du travail ou en maladie professionnelle, l'attribution des points cesse si votre incapacité est inférieure à 50%. Il est pris en compte les périodes d'arrêt de travail déclarées par l'employeur. 

Mais s’ils sont répétés ou de longue durée, les arrêts maladie peuvent faire baisser le montant de la retraite.

Les arrêts longs sont pris en compte mais sous certaines conditions : le trimestre au cours duquel est perçu le soixantième jour d'indemnisation en congé-maladie est compté ; ensuite, on compte un trimestre par période de 60 jours d'indemnisation.  On ne peut pas dépasser 4 trimestres par an.

Dans le cas d'un arrêt longue maladie pendant plus d'un an, la situation de l'intéressé peut changer et c'est alors la Sécurité sociale qui prend le relais en cas de mise en invalidité ou incapacité.

Expert

Contact Presse

Sujet lié