Plan biodiversité : les grandes mesures annoncées par le gouvernement

Malakoff, France, 9 août 2018

Le gouvernement a détaillé son grand "Plan Biodiversité", annoncé le 4 juillet dernier. Il comprend 90 mesures phares destinées à préserver la biodiversité, comme la lutte contre les déchets plastiques et l'artificialisation des sols, la protection des abeilles ou encore l'allocation d'aides aux agriculteurs respectueux de la nature.
 

Le ministère de la Transition écologique et solidaire va mobiliser 600 millions d'euros de plus sur quatre ans dans le cadre de son Plan Biodiversité. Une partie de ces financements, comme les 200 millions destinés au soutien à l'agriculture biologique, avaient déjà été annoncés. Le gouvernement compte également réduire les subventions dommageables à la biodiversité.

Lutter contre le béton et les déchets plastiques

Annoncé le 4 juillet dernier, ce Plan Biodiversité comporte environ 90 mesures destinées à protéger la biodiversité. Le gouvernement s'est notamment fixé un objectif "zéro artificialisation nette" pour lutter contre le bétonnage des sols. Une échéance doit être fixée en accord avec les collectivités. 

En ce qui concerne les déchets plastique, le gouvernement souhaite "travailler avec les filières de production" pour tenter d'atteindre un objectif "zéro plastique en mer" d'ici 2025. Certains objets jetables devraient être interdits, comme les cotons-tiges, la vaisselle à usage unique et les pailles. Par ailleurs, un groupe de travail est chargé de se pencher sur la question des dépôts sauvages d'ordures. Le gouvernement souhaite durcir les sanctions et renforcer le pouvoir des collectivités en la matière.

Encourager la préservation de la nature

Le gouvernement veut également récompenser les agriculteurs qui préservent les zones de refuge pour la nature : talus et haies bocagères, prairies, mares, zones humides... Il prévoit une enveloppe de 150 millions d'euros d'aide jusqu'en 2021, et espère qu'ensuite la future PAC prendra le relais. 30 millions d'euros seront alloués à un nouveau programme de recherche sur les alternatives aux pesticides.

Les villes de plus de 100.000 habitants seront également incitées à développer des "plans nature", pour atteindre un arbre pour cent habitants et 40% de surfaces végétalisées. D'ici 2022, le gouvernement accompagnera 4 secteurs prioritaires : bâtiment et matériaux, agroalimentaire, énergie, chimie, pour qu'ils réduisent significativement leur empreinte biodiversité.

Protéger les espèces menacées et les abeilles

Le gouvernement compte relancer des plans d'action pour protéger les espèces les plus fragiles, notamment les cétacés. Pour sauvegarder les pollinisateurs, il envisage de mettre fin aux principaux usages du glyphosate d'ici trois ans, et à l'ensemble des usages d'ici cinq ans.

Enfin, il déclare vouloir mettre en oeuvre l'interdiction des néonicotinoïdes, particulièrement nocifs pour les abeilles, au 1er septembre 2018 (avec dérogations jusqu'en 2020).

Sensibiliser les plus jeunes aux enjeux environnementaux

Le gouvernement a annoncé un développement des classes nature dans les collèges et la mise en place de kits pédagogiques pour les écoles pour la rentrée 2019-20. Sont également envisagés des dispositifs originaux, comme une application permettant de reconnaître les espèces qui nous entourent, ou encore un jeu inspiré de Pokémon Go pour partir à leur rencontre. 

Enfin, comme pour le climat, la France mobilisera sa diplomatie pour "un accord ambitieux" à la conférence biodiversité de 2020 en Chine, qui fixera les engagements mondiaux de la décennie. Après la COP21 sur le climat, les diplomates français ont "une vraie fibre verte" pour convaincre, souligne l'entourage de Nicolas Hulot.

Expert

Contact Presse

Sujet liés