Humanis fête les 10 ans des Rencontres de la mobilité internationale

Paris 16, Paris, France, 6 juin 2017

Depuis juin 2008, Humanis organise les Rencontres de la Mobilité internationale, rendez-vous de référence des décideurs RH internationaux des grandes entreprises, autour des thématiques-clés de la gestion de la mobilité internationale.

 

 

A l'occasion de l'anniversaire des Rencontres de la mobilité internationale, Humanis dresse un bilan des précédentes éditions et revient sur les temps forts de cet événement, qui marquent l'évolution des grandes tendances liées à l'expatriation.

2008, année fondatrice

Le groupe Novalis-Taitbout (ex-groupe Humanis) lance en juin les Rencontres de la mobilité internationale. Véritable lieu d'échanges, ce rendez-vous inédit a pour ambition de décrypter l'actualité des enjeux de la mobilité internationale et de répondre aux attentes des acteurs RH des grandes entreprises.

Parmi les sujets abordés lors de cette première édition : l'attraction des talents à l'étranger, le recours aux compétences locales et la difficile gestion du retour en France.

2009, les Rencontres de la mobilité internationale prennent de l'ampleur

Pour leur seconde édition, les experts des Rencontres de la mobilité internationale livrent leurs regards croisés sur les différences culturelles entre la Chine et les Etats-Unis. Par exemple, on apprend que serrer la main, être ponctuel ou appeler un salarié par son prénom est recommandé outre-atlantique, est déconseillé dans l'Empire du Milieu.

Les thématiques abordées sont imprégnées des impacts de la crise économique, comme : la baisse du nombre de missions à l'international, la difficulté à proposer des postes de reclassement au retour d'expatriation, ce qui renforce le rôle des RH.

2010 : les enjeux de sûreté et de sécurité

Alors que la crise économique perdure, les entreprises ont l'impérieuse nécessité de faire rimer expatriation avec retour sur investissement.

Parmi les nouveaux défis relevés, la tendance est à la multiplication des missions courtes à l'étranger, une gestion sociale et fiscale plus rigoureuse en matière d'immigration mais aussi la volonté de favoriser le départ des femmes à l'étranger.

2011 : l'année de crises multiples

Fukushima, la Côte d'Ivoire, la Lybie et les printemps arabes exigent des réactions rapides et la mise au point de nouvelles politiques.

Les entreprises témoignent de la mutualisation de leurs cellules de crise et évoquent la délicate question du traitement des collaborateurs locaux. La priorité est notamment d'améliorer la coordination entre les pays notamment européens pour éviter la discordance des informations délivrées aux expatriés.

2012 : les défis de la mondialisation

Cette année est marquée par deux évolutions fortes : la maîtrise des coûts par l'intensification de la pression sur les packages ainsi que la gestion déléguée de la mobilité internationale désormais confiée aux RH.

L'édition des Rencontres 2012 s'attachera à faire un tour du monde et comparaison des meilleures pratiques en mobilité internationale.

2013 : l'accent sur les pays prometteurs 

La 6ème édition met principalement l'accent sur l'accompagnement interculturel, l'immigration et la gestion des talents au sein des pays émergents comme le Vietnam, la Colombie et la Corée du Sud

2014 : la montée en compétences des décideurs RH

Les modes de gestion de la mobilité internationale alimentent toujours les échanges.

Des nouveaux outils se développent au sein des entreprises pour accompagner les spécialistes RH sur les techniques de gestion de carrières à l'international, comme : les modules de e-learning sur les process et policies mais aussi la création de centres d'expertises dédiés à la mobilité internationale.

2015 : instabilité, crise et difficultés d'anticipation 

L'actualité économique et géopolitique de l'année 2015 est à l'ordre du jour international : l'avenir des relations entre le Royaume-Uni et l'Europe, les élections présidentielles aux USA mais aussi le repositionnement de la Russie et de l'Iran sur l'échiquier international ou régional. 

Pour les responsables de la mobilité internationale,cela implique d'importantes remises en questions, comme : comment assurer la sécurité pour les salariés et les entreprises, optimiser les coûts tout en assurant une bonne attractivité et gestion des talents, et une "compliance" parfaite avec les règles fiscales, d'immigration ou encore de protection sociale locale?

2016 : Big data, l'avenir de la gestion de la mobilité

Considéré comme la prochaine technologie qui bouleversera la façon de travailler, de voyager ou en encore de consommer, le Big data est partout.

Déjà utilisé par les entreprises pour rapprocher des données sociales et les croiser afin d'en tirer le meilleur parti en termes de prédiction, elle pourrait également permettre de mieux gérer la mobilité internationale

 

 

"Rapports d'étonnement, moments de découverte, échanges entre pairs, éclairages d'experts en plénière, en sessions ou en petits groupes, les Rencontres de la Mobilité Internationale se sont renouvelées et étoffées au fil des années, grâce à la contribution forte et pérenne d'un réseau unique de professionnels, décideurs RH internationaux des grandes entreprises et experts de haut niveau" déclare Sylvaine Emery, directrice des activités internationales du groupe Humanis

 

 

 

 

Expert

Contact Presse

Fichiers attachés

Sujet lié