Finance verte : la blockchain pour assurer le développement des "green bonds"

Paris, France, 6 juin 2018

Automatisation, accélération du partage des données, réduction des coûts... La technologie blockchain pourrait doper le marché de la finance verte. L'institut de recherche SystemX et la Caisse des Dépôts planchent sur cette technologie prometteuse afin de fluidifier les process liés aux obligations vertes, qui génèrent aujourd'hui de multiples contraintes pour l'entité émettrice.

L'institut de recherche technologique (IRT) SystemX a présenté le 17 mai dernier ses derniers travaux dans le domaine de la blockchain, rapporte Usine Nouvelle. Parmi les innovations présentées, un démonstrateur sur la finance verte élaboré en partenariat avec la Caisse des Dépôts et visant à faciliter le développement des obligations vertes, ces emprunts émis par une entreprise ou une entité publique pour financer des projets contribuant à la transition écologique.

Un processus fastidieux

Contrairement à une obligation classique, l'émission d'une obligation verte entraîne de nombreuses contraintes pour l'entité émettrice. En effet, cette dernière est soumise à un compte-rendu détaillé des investissements qu'elle finance et à la rédaction d'un document destiné à détailler le projet. Elle doit ainsi faire certifier le caractère vert des émissions par un organisme accrédité.

En raison de cette succession d'opérations fastidieuses, le marché de la finance verte est aujourd'hui peu digitalisé et automatisé, ce qui nuit à son développement.

Fluidifier les échanges

SystemX entend donc faciliter ce processus grâce à la blockchain, une technologie de stockage et de transmissions d'informations.

"Nous estimons que la blockchain peut fluidifier les échanges en mettant en relation directe les émetteurs et les investisseurs au travers d'une plateforme virtuelle. En optimisant les process métier, il est possible de réduire les délais et donc les coûts d'émissions", assure Nicolas Heulot, ingénieur recherche à l'IRT SystemX.  

Le démonstrateur proposé par SystemX utilise une blockchain de consortium. Cette blockchain de type hybride regroupe plusieurs acteurs, mais elle n'est pas ouverte à tous. Le protocole facilitera également les transferts de propriété sur les obligations vertes, ce qui favorisera l'émergence d'un marché secondaire.

Les équipes de l'IRT veulent désormais améliorer la confidentialité de leur blockchain avant un test grandeur nature.

Expert

Contact Presse

Sujet liés