Didier Benguigui, sportif malvoyant, raconte son marathon de 250 km dans le désert

22 avril 2015

Didier Benguigui, coureur malvoyant, a participé à la 30ème édition du Marathon des Sables sous les couleurs d’Humanis. "Au-delà des difficultés physiques, c’est le plaisir du partage et de l’émotion humaine avant tout", raconte-t-il. Accompagné de deux guides, Brigitte Pottin et Gilles Clain, il a parcouru 250 kilomètres en autosuffisance alimentaire sur 6 étapes à travers le Sahara Sud Marocain pour soutenir les associations Retina France, Gêniris et Meuphine. 

Soutenu par Humanis depuis 2010, Didier Benguigui fêtait cette année sa 11ème participation au Marathon des sables. D’une grande intensité, cette épreuve sportive repousse les limites physiques et psychologiques des candidats en raison de la chaleur du désert et de l’itinéraire qui emprunte toutes sortes de terrains (sable, petites montagnes, plateaux caillouteux…).

Une course pour soutenir 3 associations

Pour ce Marathon des Sables 2015, Didier Benguigui, athlète handisport de 63 ans, portait les couleurs d’Humanis et soutenait trois associations qui le tiennent particulièrement à coeur : Retina France qui lutte contre les maladies de la vue, Meuphine, en faveur de l’intégration des enfants et jeunes handicapés et Gêniris, association d'aide aux personnes atteintes d'aniridie (absence d'iris dans l'œil) et de pathologies rares de l'iris.

A l’occasion du 30ème anniversaire du Marathon, l’épreuve se corsait encore plus avec un challenge historique sur la 4ème étape, la plus longue depuis l’origine de la course : 91,7 km à parcourir en 36h maximum. « Cette étape a été particulièrement complexe, notamment au 34ème kilomètre avec la traversée du Djebel El Otfal, massif montagneux grandiose, mais où chaque pas demande un effort intense. La seule manière de réussir est d’occulter la distance à parcourir et de seulement penser à rallier le premier checkpoint puis le suivant… Mes deux guides Gilles Clain et Brigitte Pottin et moi-même avons parcouru l’épreuve en 31heures ; nous avons marqué une pause pour dormir trois heures en position « sarcophage » au milieu d’une tempête de sable », raconte Didier Benguigui.

Surmonter ses difficultés physiques

Blessé au genou depuis l’année dernière, Didier Benguigui avait décidé de parcourir le Marathon en marche nordique. La présence de deux guides était donc obligatoire. En effet, atteint d’une rétinite pigmentaire depuis une vingtaine d’années, Didier Benguigui ne peut que se fier à leur voix pour éviter les obstacles et tenter de garder le rythme soutenu nécessaire pour finir la course en temps et en heure. « Au-delà des difficultés physiques, c’est le plaisir du partage et de l’émotion humaine avant tout. J’entretiens une relation privilégiée avec Brigitte et Gilles. A notre arrivée en France, nous avons fêté la fin du Marathon et on ne pouvait pas s’empêcher de se répéter tout le temps : « On l’a fait ! », s'exclame-t-il.

L'avant-dernière étape a vu le trio franchir la ligne finale à l’issue d’un marathon parcouru en 11h10 de marche rapide. Une dernière épreuve non-chronométrée de 11,2 kilomètres, la « Charity Unicef » où chacun des participants arborait un maillot UNICEF se déroulait le 11 avril. « Dès lors que je finis un Marathon des Sables, j’ai pour habitude de me faire tatouer une étoile, symbole de ma victoire, sur l’épaule gauche. Je suis encore épuisé par cette 11ème édition mais j’espère déjà pouvoir en rajouter une douzième l’année prochaine ! », conclut Didier Benguigui.



La course en 6 étapes :

1ère étape - Jebel Irhs / Oued Tijekht : 36,2 Km
2ème étape - Oued Tijekht / Jebel El Otfal : 31,1 Km
3ème étape - Jebel El Otfal / Jebel Zireg : 36,7 Km
4ème étape : Jebel Zireg / Jdaid : 91,7 km
5ème étape : Jdaid / Kourci Dial Zaid : 42,2 km 
6ème étape : 
Charity UNICEF : 11,5 km                         

 


Humanis lutte contre les maladies orphelines

Pour 1 kilomètre parcouru par un de ses collaborateurs, 1 euro est donné par Humanis à une association luttant contre les maladies orphelines. L'an dernier, les salariés d'Humanis ont parcouru au total plus de la moitié de la circonférence de la Terre pour aider les patients atteints de maladies orphelines, soit un cumul de 20 471 euros versés à l'association AFSA qui vient en aide aux familles touchées par le syndrome d'Angelman.
Depuis 2009, le groupe soutient une association différente chaque année. En 2015, Humanis soutient Gêniris, association d'aide aux personnes atteintes d'aniridie (absence d'iris dans l'œil) et de pathologies rares de l'iris
.

Expert

Contacts Presse