Autisme: L'importance d'un diagnostic précoce

24 avril 2018

Le repérage des troubles du spectre autistique (TSA) représente un enjeu de taille. Un diagnostic précoce permet à l'enfant de bénéficier d'une meilleure prise en charge, à un âge où certains processus de développement peuvent encore être modifiés. Alors que l'âge moyen du diagnostic se situe entre trois et cinq ans, les spécialistes estiment qu'il devrait être posé avant l'âge de deux ans. 

L'autisme toucherait 700 000 personnes en France, soit 1% de la population. Les troubles du spectre de l'autisme (TSA) se caractérisent essentiellement par une interaction sociale déficiente. Les causes sont multifactorielles et associent une part génétique, une part environnementale et de nombreux autres facteurs. 

Alors que les pouvoirs publics ont récemment fait un geste en direction des personnes autistes avec un plan de 340 millions d'euros dédié à la recherche, au dépistage et à la prise en charge de l'autisme, les spécialistes insistent sur l'importance d'un diagnostic précoce. En effet, plus l'autisme est décelé tôt, plus il est facile pour les parents de mettre en place des solutions pour aider l'enfant dans son développement et permettre une meilleure intégration sociale et scolaire. Il n’existe pas, à l'heure actuelle, de médicament spécifique, mais une prise en charge adaptée permettant de mieux vivre avec l'autisme.

Un diagnostic trop tardif 

Malgré ce constat, le diagnostic des TSA reste trop tardif. Il est posé en moyenne entre 3 et 5 ans, alors que la Haute Autorité de santé (HAS) estime que le diagnostic est possible "dès 18 mois", rapporte Le Figaro. Certains spécialistes estiment même qu'il pourrait être posé dès 12 mois. 

Même si le trouble autistique ne disparaît pas, on peut en diminuer les symptômes, rappelle le Dr Stéphane Rondeau, neuro-pédiatre au sein du centre d'action médico-sociale précoce (CAMSP) du CHU de Rouen. Avec un diagnostic précoce, on peut parvenir "à ce que l'enfant s'intègre dans son environnement et fasse les acquisitions presque normales des enfants de son âge, en fonction de ses capacités intellectuelles", explique le spécialiste à 76actu.

Mieux comprendre les TSA pour mieux les déceler

Face à ce constat, il est important de savoir reconnaître les symptômes d'un trouble du spectre autistique (TPA). Ceux-ci sont extrêmement variés et peuvent être difficiles à repérer chez l'enfant. Des troubles du comportement ou du langage, des gestes répétitifs, des difficultés d'interaction avec l'autre, des colères inexpliquées et de nombreux autres signes peuvent traduire un trouble autistique. 

Paradoxalement, le corps médical n'est pas toujours le mieux placé pour dépister l'autisme. "Ce n'est pas toujours le médecin qui constate les symptômes, explique le Dr Rondeau. Cela peut être les professionnels de la PMI (Protection maternelle et infantile), les professionnels qui travaillent dans les crèches ou encore les parents qui observent un comportement différent chez leur enfant par rapport aux autres, une difficulté à communiquer". D'où l'importance d'une meilleure compréhension des signes d'alerte.

Expert

Contact Presse

Sujet liés